Aujourd’hui je vais vous parler de ce conservateur au nom barbare,
vous l’avez sans doute déjà croisé dans une formule sans lui prêter plus d’attention que ça.

Quand les industriels nous prennent pour des tanches et remplacent la grippe par le choléra…

 

 

 

 

 

Tout le monde a déjà entendu parler des parabènes, par contre on parle très peu de son remplaçant présent dans de nombreux cosmétiques.

On a tous en mémoire la polémique autour des parabènes, petit à petit les gens sont devenu méfiants et se sont mis à consommer de moins en moins de produits cosmétiques qui en contenaient.

 

Et c’est là que les industriels, ces petits malins, se sont dit qu’il fallait réagir s’ils ne voulaient pas voir leur ventes descendre en flèche.
Certains ont joués le jeu et les ont remplacés par des conservateurs autorisés par les labels bio.

Mais la plupart nous l’on fait à l’envers et ont ressorti des tiroirs un vieux conservateur qui avait fait polémique dans les années 70/80 à cause de son fort pouvoir allergène. On avait alors cessé de l’utiliser pour le remplacer par les fameux parabènes.

 

On a vu alors exploser le nombre de produits avec la mention « Sans Paraben » sur l’étiquette pour rassurer le consommateur.
On se dit wouaou top ! Si y’a pas de paraben j’achète ! En plus c’est un produit a 99% naturel ?! génial !
Oui, sauf que non… Pas forcement…

C’est à ce moment là qu’il faut avoir le réflexe de retourner le produit pour regarder les ingrédients (on devrait toujours avoir ce réflexe d’ailleurs)

Vous voyez en bas de la liste INCI « méthylisothiazolinone » ou « Methylchloroisothiazolinone » fuyez en courant !!! (bon ne vous mettez pas à courir pour de vrai dans le magasin bras tendus vers le ciel au risque de passer pour une folle^^)

 

 

 

 

La méthylisothiazolinone fait partie de la famille des isothiazolinones, tout comme sa sœur la Methylchloroisothiazolinone.
Ces molécules ont des propriétés biocides et sont donc utilisées dans de nombreux produits (cosmétiques, produits d’entretiens, lessive, peinture…)

Ces conservateurs permettent de lutter efficacement contre la prolifération de micro-organismes tels que les bactéries, les champignons et les levures.

 

Leur vrai gros problème c’est leur fort pouvoir allergène !

Ils sont même parfois présent tout les deux dans une formule ! (parfois remplacés alors par la mention « Kathon CG » dans la liste INCI)

 

Ils sont bien plus allergène que les autres conservateurs que l’on trouve sur le marché.
Depuis leur retour dans les produits, les dermatologues ont vu exploser le nombre de consultation.

Les réactions allergiques (parfois sévères) apparaissent généralement dans les 72 heures qui suivent le contact avec le produit.

Plaques rouges, démangeaisons, problème respiratoires, eczéma de contact parfois grave (conduisant même à l’hospitalisation)

Imaginez les dégâts que ça peu faire si il y en à dans votre démaquillant yeux…

Là ou c’est grave c’est qu’on les retrouve même dans des produits destinés aux bébés !! (nan mais sérieusement les gars ?! O_o)

 

 

 

Malgré tout il y à eu une petite évolution en 2014 et 2016, il est désormais interdit de les utilisés dans des produits qui ne sont pas rincés.

Le méthylisothiazolinone (MIT) est utilisable à un dosage maximal de 0.01%
Le mélange méthylisothiazolinone/méthylchloroisothiazolinone est utilisable à un dosage maximal de 0,0015%

 

 

  • Le Règlement (UE) 2016/1198 du 22 juillet 2016 a modifié l’annexe V du Règlement (CE) N°1223/2009 : désormais la MIT ne doit plus être présente du tout dans les produits non rincés ; elle est toujours utilisable dans les produits rincés à concurrence de 0,01%
  • Le Règlement (UE) N°1003/2014 du 18 septembre 2014 avait déjà modifié cette annexe V : réglementation du mélange Méthylchloroisothiazolinone/MIT (1/3) qui est autorisé à concurrence de 0,0015%, uniquement dans les produits rincés également (donc absence effective de méthylchloroisothiazolinone et de MIT dans les produits non rincés).

 

Attention

La législation stipule qu’il faut mentionner la présence de méthylisothiazolinone (MIT) lorsque la concentration est supérieure à 1 000 ppm.
Mais des doses plus faibles, non mentionnées sur les étiquettes, peuvent provoquer des manifestations allergiques.

 

C’est un premier pas mais c’est loin d’être suffisant !

A quand leur interdiction totale ?!

 

Maintenant voici une petite technique pour réussir à apprendre leurs noms barbares

Essayez de décomposer le mot de la sorte : méthyl iso thiazolinone (et répétez le plusieurs fois)

Vous pouvez aussi vous concentrer sur ceci : thiazolinone (si vous voyez ça a la fin d’un mot fuyez !)

 

 

 

Je pense qu’on parle trop peu de ces conservateurs…

il est temps que ça change et que le public soit informé !
Au même titre qu’on l’a fait dans les années 2000 pour les parabènes !

 

6 réponses à Méthylisothiazolinone – Où comment remplacer les parabènes par pire…

Laisser un commentaire

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.